Puyo- au portes de l’amazonie / Puyo-doorstep of the amazonia region

Un petit post rapide en direct depuis Puyo, pour donner quelques nouvelles fraiches, malheureusement pas de photos, je ne peux pas les charger sur l’ordi sur lequel je suis.

Puyo est une petite ville située à l’est de l’Equateur près de la forêt amazonienne. Il y fait chaud et humide avec des orages violents presque tous les après-midi ! Donc ici tout est vert (sauf le fleuve, maronnasse après les pluies). En une journée j’ai perdu presque 3000m d’altitude (depuis le refuge du Tungurahua près de Baños à 3800m). Ballade tranquille le long du rio Puyo, où j’ai pu observer quelques oiseaux, des petits poissons et des araignées (déjà trop grosse à mon goût). Ensuite visite du jardin de la fondation omaere avec Luis, guide quechua local, qui m’a appris plein de chose sur les plantes utilisées dans la forêt pour soigner les piqures d’insectes (arbre “sang de dragon”,  vu que j’ai oublié mon répulsif à moustique, j’aurai l’occasion de tester son efficacité à la fin de la visite), les rhumatismes, celle utilisées par les femmes des tribus pour  pour avoir les cheveux brillants … celles qui fortifient les nouveau-nés …  Il y en a aussi qui sont utilises pour savoir le sexe des enfants à naître (pas besoin d’écho, selon Luis c’est du 100%) … plus les plantes pour faire des thés, la cannelle et le gingembre sont aussi présents. Il y a aussi différents palmiers utilisés pour faire les toits des maisons (les feuilles sont comme du plastique, résistante et imperméables) ou cuire la nourriture … C’était très instructif. Dans le parc j’ai eu l’occasion de voir aussi de petits singes noirs avec des yeux jaunes super mignon.

Dans le jardin il y avait aussi 2 exemples de maisons traditionnelles de 2 des éthnies de la région, les quechuas et les shuars (ces derniers étaient apparement aussi appelés jivaros = tribu des coupeurs de têtes). Les maisons sont en toits de palme, avec seulement 2 portes pour contrôler qui entrent (la lance est prête si c’est un ennemi), il y fait très sombre pour protéger la famille des ennemis extérieurs. Toute la famille dort dans le même hamac ou sur un lit de bambou pour conserver la chaleur.
A la fin du tour, il s’est mis à tomber une pluie diluvienne pendant au moins une bonne heure. Du coup ça m’a permis de discuter avec 2 volontaires allemands qui sont là pour 1 mois. En partant, ils m’ont indiqué un restau franco-amazonien le ” she mua ” , à priori leur cantine, où j’ai déjeuné d’un almuerzo (repas à prix fixe du midi) composé d’une soupe de légumes et d’un plat de viande (avec une fois n’est pas coutûme une quantité de riz raisonnable [d’habitude la portion de riz est énorme]) et un jus de tomate d’arbre (tomato de arbol). En discutant avec la patronne (Michelle une francaise qui vit ici depuis 30 ans) elle m’a invité à aller dimanche avec elle dans une communauté quechuas  à quelques heures en bus de Puyo (celle dont est originaire son mari). J’ai vu quelques photos, çà a l’air d’être un endroit très beau, au programme baignade dans la rivière du coin (il parait qu’elle est chaude, genre jacuzzi local) et découverte de la communauté. Et ensuite elle m’a donne un contact pour Tena (des amis qui vont pouvoir m’accueillir et me montrer le coin pour quelques jours), une autre ville en bordure d’amazonie où je voulais aller… Dire que j’ai failli ne pas m’arrêter à Puyo !  Bus demain à 5h du matin pour la suite des aventures !!
PS: mon guide du jour, Luis est en train d’essayer de monter un projet de tourisme communautaire (association Ñukanchik Kausay), si jamais vous passez en Equateur et chercher un guide ou des projets à soutenir.
—————————————————–
A quick post from Puyo, where I’m now, to give some up-to-date news. But no pictures, since I can’t upload them on the computer I’m on today.
Puyo, is in the East part of Ecuador, near the jungle. It’s hot and humid here, with heavy downpour almost every afternoon -thanks to one of them I’m writing this post now. That’s why it’s so green (except the river, brownish after the rain). In one day I lost almost 3000m in altitud (from the refugio of the volcano Tungurahua where I was yesterday to Puyo).A nice walk along the river Puyo, and I was able to spot birds, colorfull butterflies, small fishes and spiders (way too big for my taste). From there, a visit to the garden of the omaere fundation with Luis, a native Quichuas guide to show me around. I learned a lot about the use of the plants and trees of the forest : the tree  “drago’s blood” is used to treat insect bites  (since I forgot my mosquito repellent in the hotel, I’ll have a chance to test first hand its efficiency at the end of the tour !!), other plants for rhumatism, all sorts of diseases, those used by the women to have shiny hair, to predict the sex of the future babby (no need of echography and according to Luis it’s 100% accurate). Also more plants used for tea or hot beverage, to cook  with (like ginger-like, cinnamon), and palm trees to wrap the food to cook it or to make the roof of the traditional home. Some are like plastic sheet, resistant and water-proof. In the park I also saw some very cute little black monkey with yeloow eyes.
In this garden they also have the replica of 2 communautary house, one Quichuas, one Shuar (the latter were also called Jivaro- and were famous for their shrunken head of their ennemies). Their traditional home are very dark (to protect the people who are leaving inside from their ennemies), with only 2 doors to help control who is coming in (the spade isn’t far in case your an ennemy). The whole family sleep in one bed or hamac to keep warm (they weren’t wearing clothes).
At the end of tour since it was raining heavily, I chatted with 2 german guys who are volunteering for the omaere association. When I was leaving, they showed me a good french-amazonina restaurant (apparently their usual hang-out). It’s called “she mua” (read with the french accent, it means my place). The owner, Michelle is french, she has been living here for more than 30 years. I got the “almuerzo” prix fixe-lunch of the day, with a good veggie soup, a dish with grilled meat where for once the quantity of rice was reasonable (it’s usually a gigantic portion of rice) and a “tree tomato” juice (tomato de arbol). It was delicious. Chatting with the owner, she invited me to visit on Sunday a local quechua community 2h east of Puyo where her husband is from. The pictures look amazing !! The plan is swimming in the river (apparently it’s like a natural jaccuzi) and discovery of the community. I can’t wait. And then she gave me the contact of 2 of her friends  in Tena (another small town at the border with the amazonian forest) who can host me and show me around ). And I was so close to skip Puyo  So tomorrow, bus at 5am to go to the community …
PS: Luis my guide for the day, is trying to develop a project of ecotourism in his community, (association Ñukanchik Kausay) in case you come to Ecuador and need a native guide or a project to help.
Advertisements

~ by schlomorig on October 15, 2011.

One Response to “Puyo- au portes de l’amazonie / Puyo-doorstep of the amazonia region”

  1. Great post, I think people should larn a lot from this blog its rattling user pleasant. So much superb information on here :D.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
%d bloggers like this: